PETIT EXERCICE DE CONSCIENCE DE SOI


Exercice n°3

Que vois-je ?

Je regarde devant moi. Je vois une pièce et ses objets, un paysage et ses "objets" (naturels et humains)...

 

Plutôt que de m'intéresser au contenu de cette vision, je me tourne vers son contenant, mon champ de vision ! Rien n'existe à cet instant hors de lui. Il contient tout ce que je vois. Je le "prends", je le "saisis" alors comme un tout. Quelles sont ses limites ? En a-t-il vraiment ?

 

J'ai DEUX yeux, et pourtant je ne vois qu'UN SEUL champ ! Je reste quelques instants à considérer le champ de vision de cet "œil unique", à le découvrir comme si c'était la première fois... Ce champ dans lequel mes bras et mes jambes sont "en bas", et le plafond ou le ciel "en haut", ce champ dans lequel "je n'ai pas de tête" (je vois bien mes jambes, mes bras, mes épaules... mais jamais ma tête !).

Photo par eulauretta sur Unsplash.com
Photo par eulauretta sur Unsplash.com

En temps normal, ce champ de vision est devant moi ; il y a "moi" qui regarde devant moi "ce que je vois". Abolissons cette distanciation, propice à l'activité du mental et à ses jugements, en effectuant dans la perception une translation vers soi du champ visuel :

 

 

Je ramène l'entièreté de mon champ de vision "dans ma tête",
comme si mes yeux se trouvaient derrière l'horizon de tout ce champ
et que tout ce que je vois venait se placer entre "mes yeux là-bas" et moi.

 

Comme si ma tête englobait désormais tout le champ perçu visuellement
- ce qui revient à régler mon regard à l'infini, faire la mise au point tout au loin.

 

Faites cet exercice...
Sentez-vous la différence par rapport à la perception habituelle ?

 

Quelle perception vous donne une impression plus grande "d'expansion" ou d'unité,
de plein accueil et d'intimité avec votre expérience ? Bref, de vie ?

 

 

Vous aurez bien saisi l'exercice lorsque vous aurez comme l'impression que tout le paysage est à l'intérieur de votre tête... Il se peut d'ailleurs que cela vous fasse un peu peur ; c'est normal, tellement nous avons pris l'habitude, conditionnés, de toujours "garder de la distance" avec les impressions et influences extérieures, de nous en protéger en les filtrant dès l'abord mentalement par peur d'elles plutôt que de les accueillir pleinement, persuadés que notre intellect est plus à même de les gérer, ce qui est faux. Il ne sait les "gérer" qu'en les disséquant, contrôlant, réprimant, refoulant, étouffant... au lieu de laisser notre "intelligence intérieure" (notre intelligence spirituelle naturelle) s'en charger, toujours pour le mieux (en utilisant alors aussi l'intellect, mais comme simple instrument à son/notre service - ce n'est plus lui le maître ni le tyran).

 

 

Il n'y a alors plus que "ce champ", le centre de gravité de votre conscience s'est déplacé à l'arrière de la tête, à la base de votre crâne. Plus de filtre mental frontal ! Le champ traverse librement le cerveau antérieur intellectuel, sans y être bloqué ou disséqué par ce dernier, pour aller percuter directement le cerveau postérieur intuitif (le cervelet) à l'arrière-bas du crâne. (C'est lui qui se charge ensuite de trouver la meilleure réponse en conséquence.)

 

Au lieu d'être énergétiquement fixé à l'avant de votre tête,
vous vous percevez maintenant à l'arrière.

Ne sentez-vous pas d'ailleurs votre cervelet chauffer un peu ou palpiter,
comme s'il était plus lourd, mais en fait réactivé, remis en fonction ?

 

 

En occupant ainsi à l'avant du crâne l'espace habituel des pensées, le champ d'impressions les a comme chassées. Il n'y a pas de place pour les deux ! Ce changement de perception, qui n'est en réalité qu'une ouverture de perception, un rétablissement d'une perception plus conforme à un fonctionnement sain et naturel, nous permet de relâcher l'habituelle pression cogitative et tension cérébrale, nous laissant alors détendu mentalement, savourant une impression plus grande de connexion avec tout ce que l'on voit et sent. Une plus riche expérience vécue !

 

 

***

 

ÉTAPE SUIVANTE

Du champ de vision au champ sensoriel complet

 

Une fois que vous savez laisser votre champ de vision imprégner totalement votre tête, vous pouvez étendre cet exercice, ou l'appliquer, à tous vos sens ! C'est-à-dire que vous incorporez à votre expérience non seulement l'aspect visuel mais aussi toutes les sensations corporelles qui y sont associées. Vous accueillez pleinement à l'arrière de votre crâne tout ce que vous voyez, avec tous vos sens, en y adjoignant aussi votre ressenti corporel. (Vous couplez ainsi cet exercice n°3 à l'exercice n°2 précédent.) Vous vous laissez traverser totalement par tout le champ de conscience de votre expérience du moment, l'acceptant avec bienveillance, la goûtant, vibrant avec elle, faisant un avec elle !

 

C'est la dernière étape, avant que l'énergie descende dans votre "cœur", le plexus solaire...