7-aspiration


Comme j'aime ce mot, comme il m'est cher, tellement ce qu'il désigne m'a accompagné et soutenu pendant mes années d'errance et de souffrance ! Comme j'ai aspiré dans ma vie, de toutes mes forces, tellement c'était une bouée de sauvetage, le seul mouvement intérieur qui m'empêchait de sombrer.

J'aspirais à l'amour, j'aspirais à ressentir la vie en moi, j'aspirais à la paix, au silence dans ma tête, j'aspirais à "vivre libre", heureux, délivré de tous mes tourments psychologiques...

Avec le recul, maintenant que tout cela est majoritairement derrière moi, que j'ai trouvé un équilibre stable, que je peux enfin goûter à plus de liberté intérieure, je me rends compte combien cette aspiration, sous formes diverses mais constante, a été essentielle dans ma vie pour me permettre de trouver la force de continuer mon chemin, envers et contre tout, et de laisser petit à petit la vie me guider vers la lumière.

Quel que soit l'objet de cette aspiration, le pouvoir de celle-ci réside dans la force de ressenti qu'elle contient. Une aspiration véritable, profonde, authentique, c'est un souhait ardent, l'expression d'un besoin absolument vital pour soi, si vital que sans l'espoir qu'il puisse être exaucé, il ne reste plus que la résignation, la dépression et le désespoir. L'aspiration est souvent si intérieurement bouleversante que les mots sont trop petits pour la contenir, submergés qu'ils sont par l'émotion de cet élan du cœur, de cet appel du plus profond de l'être. Et c'est merveilleux ainsi, car elle ne se trouve pas alors rabaissée, dégradée, dénaturée dans des formes plus denses. Elle conserve toute sa fraîcheur vitale, sa force spirituelle.

Parfois, l'aspiration peut même être indéfinissable - cela m'arrive souvent en écoutant de la musique ou en cherchant à me relier avec le Haut... Quelque chose monte, comme une nostalgie aux contours flous... Je reste alors juste en contact avec cette sensation, sans chercher à la définir, afin de maintenir "concentrée vibratoirement" l'aspiration, qui gagnera ainsi en force magnétique d'attraction.

Je ne vois pas les processus en jeu dans l'invisible, mais je sais qu'en nourrissant l'aspiration chaque jour, j'aspire à moi petit à petit les circonstances de sa concrétisation. Cela peut prendre du temps, mais je n'en doute plus, c'est une Loi : qui cherche trouve !

Toutefois, en cela, j'ai aussi appris combien il est vain - et vaniteux - de chercher à fixer soi-même les modalités de la résolution de ses aspirations ; cela appartient à l'invisible, pas à soi. Quand je pense à toute l'énergie nerveuse et cérébrale que j'ai déployée pendant des années pour chercher à deviner, prévoir ou programmer un déroulement spécifique, au lieu d'abandonner avec patience la concrétisation à la providence ! Cherchant jusqu'à l'épuisement avec ma raison intellectuelle la meilleure stratégie pour atteindre le but, cherchant à tout déterminer au lieu de me laisser guider... Repoussant peut-être même de ce fait la résolution, du fait de mes propres œillères ! Je suis plein de gratitude aujourd'hui pour le fiasco de tous mes scénarios, car cela me permet d'estimer d'autant plus les fabuleux cadeaux que j'ai finalement reçus, et ce d'une façon tellement plus grande et belle - car si naturelle - que tout ce que j'aurais pu imaginer et planifier. Tout vient à point à qui sait attendre ! Rien ne sera jamais aussi avisé et sage que "les voies du Seigneur"...

Bien sûr je dois rester ouvert aux signes de la vie, continuer à agir et me mouvoir au quotidien, mais c'est tellement plus léger de le faire avec simplicité ; sans crispation, sans prise de tête sur le comment. Je ne me préoccupe alors plus de l'objet de l'aspiration, je reste juste à nourrir l'aspiration elle-même. Je découvre alors quelque chose d'étonnant, de magique : quand j'aspire à quelque chose, je sens que je le touche ! Et c'est logique : comment pourrais-je désirer quelque chose si je ne savais pas déjà au plus profond de mon être que cela existe - donc si je n'en avais pas déjà l'intuition ? (Allons même plus loin : pourrais-je même le désirer si je ne pouvais être exaucé ? quelle cruauté ce serait !) Ainsi l'aspiration crée le lien ! Rendez-vous compte, on peut donc aussi dire : l'aspiration est déjà sa propre réponse ! De façon toute naturelle, c'est ce lien créé par l'âme avec l'objet de son désir ardent qui va ensuite, d'une façon ou d'une autre, l'amener à elle...

Bref l'aspiration EST prière ! Mais, par rapport à la notion actuelle déformée de la prière, je trouve que le terme aspiration permet de mieux saisir l’attitude intérieure juste pour se connecter aux fils de lumière au-dessus de nous (fils qui n'attendent que cela). Puisse l'aspiration redonner ses lettres de noblesse à la prière et réhabiliter sa valeur et sa puissance !

Complément pratique

Que cherchez-vous ?